Mise à jour le 14 sept. 2020
 
Présentation
 
Le DUMI (Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant à l’école) est un diplôme qui prépare au métier reconnu de musicien·ne intervenant·e en milieu scolaire et, selon les compétences de chacun, à des missions d’enseignement en conservatoire, à des interventions en milieu spécialisé, aux métiers de la création et de la médiation du spectacle vivant.

L’obtention de ce diplôme se fait par un contrôle continu tout au long des deux années de cours et de stages, auquel s’ajoute un contrôle pratique et théorique en fin de formation.

Une préparation au DUMI par la voie de l'apprentissage est possible en deuxième année.

La formation au DUMI vise : la capacité à partager et à transmettre des pratiques musicales diversifiées et créatives au sein de l’école, en collaboration avec les enseignants, ainsi que la conception et la mise en œuvre de projets artistiques et éducatifs en partenariat, en vue du développement culturel de territoires.


Cette formation peut s'adosser au parcours Pratiques Musicales, Transmission et Développement Local (PMTDL) du Master de Musicologie.

Les principaux employeurs des musicien·nes intervenant·es sont des collectivités territoriales (accès au concours de la fonction publique territoriale) ou des associations qui developpent une activité d'intéret général dans les domaines artistique, culturel et éducatif.

Consultez le guide des études DUMI 2020-2021

 

Revalorisation du DUMI au niveau 6

Le DUMI est revalorisé au niveau 6 (consultez l'arrêté publié au JO), les prochain·es lauréat·es verront cette mention apposée sur leur diplôme. Nous conseillons aux musicien·nes intervenant·es déjà diplômé·es de joindre à leur DUMI la fiche descriptive du RNCP.
Admission

Pour une rentrée en septembre 2020, consultez le calendrier des campagnes d'admission.


CONDITIONS D'INSCRIPTION 

  • Une identité et une maturité musicales et artistiques affirmées
  • Baccalauréat ou diplôme équivalent obtenu depuis 2 ans
  • Une motivation attestée
  • Aucune limite d’âge n’est fixée.
 
Un dossier de préinscription doit être constitué :
Après vérification de la recevabilité administrative du dossier, tous/toutes les candidat·es remplissant les conditions de diplômes sont conviés aux épreuves d’admission (consultez le détails des épreuves ci-dessous).

Si vous souhaitez vous inscrire également au parcours  Pratiques Musicales, Transmission et Développement Local (PMTDL) du Master de Musicologie, merci de vous référer aux informations spécifiques à la constitution du dossier d'admissibilité.
 
Pré-requis, profils d’entrée dans un CFMI

Ce qui est pris en compte par le jury, c’est la maturité du/de la candiat·e ainsi que la richesse et la qualité de ses expériences artistiques, quelle que soit l’esthétique.

Le/la candidat·e pourra avoir développer son identité musicale et artistique dans le cadre d’un cursus de conservatoire ou de toute autre manière (en écoles de jazz ou de musiques actuelles, au sein d’associations ou de groupes de musiques traditionnelles, en autodidacte, parfois par des méthodes « émergentes » liées aux nouvelles technologies).

Les tests d'admission permettent au jury d'apprécier le niveau musical de chaque candiat·e selon plusieurs critères : interprétation instrumentale et vocale, capacités à mémoriser, à reproduire, à commenter la musique…

Aucun diplôme musical n’est exigé pour entrer dans un CFMI, le seul diplôme exigé est le Baccalauréat (ou à défaut le DAEU).

Présentation des tests d'admission à la formation au DUMI

Il n'existe pas d'annales des tests d'admission.  


PRATIQUE MUSICALE (10 – 15 mn)

Interprétation d’une pièce vocale et d’une pièce instrumentale choisies et préparées par le/la candidat·e.
Les candidat·es ont la possibilité de se faire accompagner par le·s musicien·nes de leur choix. Les candidat·es dont l'instrument est la voix présenteront deux pièces vocales de style différent. Merci de préciser vos éventuels besoins techniques ou demandes de prêt d'instrument (piano, batterie…) sur le bulletin d’inscription.

Les candidat·es présenteront oralement les pièces choisies au jury
Justesse, qualité de l'interprétation, musicalité, aisance d'exécution du morceau, pertinence du choix, engagement... seront évalués par le jury.


TECHNIQUE MUSICALE (15 mn)

Déchiffrage d'un court texte musical : déchiffrage, restitution et interprétation d’une ligne mélodique avec la voix et/ou un instrument, au choix du/de la candidat·e. L’interprétation vocale peut être accompagnée par le/la candidat·e (grille harmonique en chiffrage américain sur le texte). Le texte musical est à restituer et interpréter le plus complètement possible après 10 minutes de préparation. Attention : cette épreuve est éliminatoire

Mémorisation : le/la candidat·e devra restituer vocalement un court extrait mélodique (chanté ou instrumental) après l’avoir écouté trois fois.


ÉCOUTE ET ANALYSE (30 mn + 30 mn)

Commentaire oral d’un extrait musical : l’extrait sonore (2 à 3 minutes) est entendu une seule fois par le/la candidat·e. Il n’y a pas de temps de préparation préalable au commentaire, il est donc conseillé de prendre des notes pendant l’écoute. Il est attendu du/de la candidat·e une analyse construite et argumentée qui ne soit pas uniquement d’ordre musicologique mais sensible. Une attention particulière sera portée à la qualité de l’expression orale et de l’organisation du discours. Suite à la présentation du/de la candidat·e un échange avec le jury permet de le/la faire avancer sur sa perception de la pièce.

Le jury évaluera l'exactitude du déchiffrage (mélodique et rythmique), la capacité du/de la candidat·e à reconstituer, à prendre appui sur l'accompagnement, la qualité vocale et/ou instrumentale, l'interprétation.

Restitution écrite du commentaire : le/la candidat·e devra retranscrire, de manière structurée, les 3 idées (minimum) de la discussion avec le jury qui lui semblent les plus pertinentes sur une page recto-verso maximum. Le/la candidat·e veillera à la qualité de son écrit tant sur le fond (construction du discours...) que sur la forme (présentation, orthographe, syntaxe...)

Le jury évaluera l'exactitude de la restitution, la capacité à reconstituer à partir de certains éléments retenus et la qualité de l’interprétation.


ENTRETIEN (30 mn)

Le/la candidat·e présentera son expérience personnelle et ses motivations pour suivre la formation (5 mn).

Suivra un échange avec le jury (25 mn). Pendant cet entretien, le jury sera particulièrement attentif à la qualité de la communication et de l’expression du/de la candidat·e.

 
L'ensemble de nos diplômes sont accessibles au titre de la formation continue pour des publics en reprise d’études (arrêt des études depuis au moins 2 ans).

Quel que soit votre profil (salarié.e, intermittent.e, demandeur/euse d’emploi…) et votre mode de financement (CPF de transition, plan de développement des compétences de votre employeur, Pôle Emploi, CPF, individuel…), nous vous accompagnons dans vos démarches : information, conseil, aide au montage du dossier de financement, suivi administratif, etc. Contactez-nous au 04 78 29 07 21 ou à cfmi(at)univ-lyon2.fr
Organisation
et contenus
Dans sa philosophie et son organisation, la formation est basée sur une alternance entre une pratique professionnelle sur le terrain et des sessions de formation au CFMI. Les étudiant.es sont en stage 1 jour par semaine dans une école primaire où ils conçoivent et animent des séances musicales : la première année dans une école de la métropole lyonnaise et la deuxième année dans une école située sur un territoire couvrant les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Bourgogne-Franche-Comté

1 500 h réparties sur deux années :

Semestre 1 = 274 h de cours + 102 h de pratique professionnelle = 376 h
Semestre 2 = 256 h de cours + 111 h de pratique professionnelle = 367 h
Semestre 3 = 210 h de cours + 133 h de pratique professionnelle = 343 h
Semestre 4 = 284 h de cours + 131 h de pratique professionnelle = 415 h

La formation respecte le calendrier scolaire.

Consultez le guide des études DUMI (2019-2020)
 

Compétences développées

La formation s’appuie sur la réalisation de projets artistiques, pédagogiques, de médiation et/ou de partenariat avec divers publics et acteurs d’un territoire pour permettre l'acquisition des compétences requises dans l’exercice du métier du musicien·ne intervenant à l'école :
 
  • Agir en artiste musicien
  • Enseigner et transmettre
  • Concevoir et conduire des projets en partenariat
  • Contribuer au développement culturel d’un territoire
  • Être acteur d’innovations et de transformations

Ainsi, la formation au DUMI s’articule autour de cinq grands blocs de compétences :
 
  • Compétences musicales et artistiques
Ces compétences sont développées par des projets musicaux et artistiques de création tout au long des deux années de formation. Les unités d’enseignement correspondantes visent à renforcer l’identité musicale et artistique des étudiant·es et leur capacité à agir en artiste musicien·ne dans différents contextes.
 
  • Compétences didactiques et pédagogiques
Ces compétences sont construites par un apport de connaissances sous forme de cours et d’ateliers pratiques qui alternent avec des mises en situation de pratique professionnelle individuelles et collectives. Les unités d’enseignement correspondantes  servent à acquérir des compétences didactiques et pédagogiques au service de la transmission et visent une capacité à enseigner et transmettre dans le cadre de l’école, mais par élargissement aussi dans d’autres contextes.

Le travail avec des enfants est centré sur la réalisation de projets mettant en jeu l’interprétation et la création musicale et artistique. Il s’organise dans un aller-retour entre enseignements théoriques et mise en pratique sur le terrain.
 
  • Compétences de conception et d’encadrement
Ces compétences renvoient à une capacité à être force de proposition, mobiliser des ressources et fédérer des acteurs au service d’un projet commun sur un territoire. Les unités d’enseignement correspondantes permettent d’acquérir des connaissances et des compétences pour concevoir et conduire des projets en partenariat et devenir un partenaire actif du développement culturel local. Elles s’acquièrent notamment à travers des projets qui concernent et/ou impliquent des partenaires et des publics en dehors ou au-delà de l’école. Cet élargissement des actions d’éducation artistique sur un territoire requiert une bonne connaissance des partenaires professionnels et des contextes institutionnels et une maitrise des outils et de la méthodologie de projet.
 
  • Compétences d’innovation et de recherche
Ces compétences renvoient à une capacité générale à faire évoluer sa pratique professionnelle en l’adaptant à différents contextes et à être acteur d’innovations et de transformation dans un environnement professionnel en constante évolution. Elles sont de l’ordre d’un « savoir-devenir » développé de manière transversale notamment à travers l’analyse de situations professionnelles dans divers contextes.
 
  • Compétences éthiques et relationnelles
Ces compétences forment le socle d’un métier au croisement de l’art et de la pédagogie, impliquant un travail en équipe et en partenariat, et qui s’adresse à un public large et diversifié. Elles comprennent une capacité à aller vers l’autre, à écouter, observer, communiquer, expliquer, argumenter et convaincre pour susciter l’adhésion des publics et des partenaires professionnels aux projets menés tout en prenant en compte leurs points de vue et leurs initiatives. Elles sont de l’ordre d’un « savoir-être » développé de manière transversale dans l’ensemble de la formation. Elles comprennent aussi une dimension d’interculturalité.
DUMI en alternance
Le CFMI de l’Université Lumière Lyon 2 propose depuis la rentrée 2016 une filière de formation préparatoire au DUMI en alternance sur la deuxième année de formation.

Une initiative motivée par trois principaux constats :

 
  • la difficulté pour certains publics de se rendre disponibles deux années sans revenus
  • des territoires isolés qui ne parviennent pas à pourvoir leurs postes et qui pourraient fidéliser des professionnels via l’apprentissage
  • des perspectives de départs en retraite trente ans après la création des CFMI

La formation au DUMI des apprenti·es a les mêmes objectifs et contenus que celle des étudiant·es. Les différences résident dans le principe de l'alternance.  Cette modalité de formation est particulièrement bien adaptée à l’acquisition du volet de compétences organisationnelles et relationnelles ainsi qu'à la préparation aux missions de développement culturel.

L'apprenti·e est présent·e 2/3 du temps chez l'employeur et 1/3 du temps au CFMI.

Planning des apprentis pour l'année 2019-2020

Guide des études DUMI en alternance pour l'année 2020-2021
 

Qui est l'apprenti·e ?

Il/elle a entre 16 et 30 ans, et en l’occurrence plutôt entre 20 et 30 ans (sans limite d’âge pour des cas dérogatoires comme la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé) puisque les conditions d’entrée sont les mêmes que pour une formation initiale classique.

Quel statut ? Quelle rémunération ?

Il/elle est salarié·e en CDD ou CDI d’un employeur public ou privé. Il/elle relève d’un contrat de travail et tous les règlements et conventions collectives de sa branche d’activité lui sont applicables. La durée de son contrat couvre au moins la durée de sa formation. La période d’essai est de 45 jours en entreprise.

L’apprenti·e a l’obligation de construire et de mener à terme un projet professionnel.

Secteur privé :
L’apprenti·e perçoit un salaire mensuel correspondant à un pourcentage du Salaire Minimum Conventionné sur la base d’un plein temps dans l’entreprise :
 

Age

18 à 20 ans

21 à 25 ans

26 ans et +

% du SMIC

51%

61%

100%

Secteur public :
L’apprenti·e bénéficie de la rémunération minimale réglementaire, majorée de 20 points.

Quelles valeurs ajoutées pour l'apprenti·e ?
  • Une présence renforcée sur le terrain qui favorise les transferts entre compétences théoriques et compétences pratiques.
  • Un moyen de se former tout en étant rémunéré, de suivre simultanément une formation universitaire diplômante et de se faciliter l’accès à l’emploi.

Quelles obligations pour l'apprenti·e ?
  • Travailler pour l’employeur sur toute la durée du contrat
  • Suivre la formation assurée par le CFMI
  • Se présenter au diplôme et respecter les règlements de la structure employeur et du CFMI
Double cursus

Possibilité de double cursus DUMI/Master PMTDL en deux ans

Le parcours Pratiques Musicales, Transmission et Développement Local (PMTDL) du Master de la mention Musicologie peut être adossé à la préparation au Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant à l’école (DUMI) visant ainsi à accompagner les évolutions professionnelles du métier de musicien·ne intervenant·e sur les territoires en tant que personne ressource inscrivant son action dans le cadre d’une politique culturelle locale.

Pour vous faire une idée de l'implication nécessaire dans cette formation :
Consultez l'emploi du temps 2019-2020 DM1
Consultez l'emploi du temps 2019-2020 DM2

Les candidat·es intéréssé·es par le double cursus DUMI/Master doivent réussir les tests d'admission pour l'entrée dans les deux formations. Pour une rentrée en septembre 2020, consultez le calendrier des campagnes d'admission.


Possibilité de double cursus DUMI/DE (avec le CEFEDEM) en trois ans


Le Cefedem AuRA est un partenaire privilégié du CFMI depuis sa création. Les deux structures de formation proposent aux étudiant·es qui le souhaitent de préparer l’obtention du DUMI et du DE conjointement via un contrat de formation individualisé. Ce parcours a été mis en place en septembre 2008 à titre expérimental. Il a été reconduit depuis avec succès.

Pour pouvoir y accéder, les candidat·es doivent intégrer la même année chacun des établissements selon les modalités et les prérequis propres à chaque formation.

Le parcours est alors précisé entre les deux équipes pédagogiques, en s’inscrivant dans les principes suivants :
 

  • Les deux premières années au CFMI, durant lesquelles l’étudiant·e suit le cursus préparatoire au DUMI et des modules du Cefedem, définis en accord par les deux équipes pédagogiques ; à l’issue de ces deux années, l’étudiant.e reçoit le DUMI conformément aux exigences de l’UFR LESLA CFMI Lyon 2.

Modalités d’inscription : l’étudiant.e doit s’inscrire dès la première année dans les 2 établissements. Les 2 premières années, l’inscription est payante à l’Université Lyon 2 et gratuite au CEFEDEM.
 

  • La 3e année au Cefedem : l’étudiant·e suit l’intégralité de l’enseignement du Cefedem ; en fin d’année, il reçoit le DE conformément aux exigences du Cefedem.

Ce parcours de formation fera l’objet d’une contractualisation entre l’étudiant·e et les deux établissements de formation au regard des spécificités de son profil et de son projet professionnel. Ce contrat déterminera l’organisation des contenus durant les deux années communes et notamment des aménagements dont l’étudiant·e bénéficiera pour la réalisation du parcours.