Mise à jour le 26 juin 2020
Publié le 26 juin 2020 Mis à jour le 26 juin 2020

Présentation de l’atelier


L’atelier propose d’expérimenter l’écriture poétique. Cette perspective suppose pour sa partie théorique de trouver des ententes et des définitions au mot de « poésie » parmi tous les genres littéraires institués, et les modes de perception du champ littéraire : qu’est-ce que la poésie ? La définition la plus littérale de la poésie comme un « faire » (poiein), art spécifique de manier un matériau linguistique, permet immédiatement une première entente commune et l’entreprise concrète d’écrire, sous-tendue par des apports théoriques et critiques et exercée à mesure. Les travaux sous forme d’exercices dirigés induisent peu à peu la détermination et l’élaboration d’un projet personnel aboutissant de façon principale à un recueil, et à sa restitution publique.
 

 
Partie théorique (15h)


Objectifs :

 
  • Lire et analyser des textes répertoriés en poésie, et se nourrir en premier lieu du rapport au langage qui s’y rencontre
  • Connaître les principales poétiques élaborées au cours de l’histoire européenne, et dans différentes cultures et civilisations
  • Déterminer la notion propre de poésie parmi les différentes manifestations génériques et formelles de la littérature, notamment au sein du partage prose/vers
  • Connaître les principes de la versification française classique pour l’écriture en vers réguliers, et les pratiques modernistes : vers libre, poème en prose, prose poétique…
  • Envisager la poésie comme un rapport spécifique au matériau linguistique, mais aussi comme rapport sensible au monde

La difficulté première de s’accorder sur le mot de « poésie » donne lieu à un questionnement et à une problématisation théoriques, alimentés par les différentes poétiques historiquement exprimées par les auteurs eux-mêmes, les théoriciens critiques ou encore par la réception populaire. Le parti pris adopté est de considérer la poésie le plus concrètement comme un art de faire avec un matériau donné, celui du langage et des langues. Ce faire s’est donné dans son départ un ensemble de contraintes formelles séparant la poésie de la prose par le recours à des systèmes complexes de versification. L’évolution historique des formes littéraires tend à dissoudre ce partage fondateur, donnant lieu aux libres expérimentations, ou à des rapports renouvelés de la contrainte et de la liberté créatrice. L’approche technicienne est complétée par une méditation sur l’esprit ou le comportement poétique dans un rapport au monde.
 

Partie pratique (20h)

 

Objectifs :

 
  • Établir des sources d’inspiration à partir de matériaux divers : histoire, mythologie, actualité, événements personnels, intertextualités, thématiques et motifs…
  • Identifier et développer des qualités stylistiques d’écriture pour chacun, des curiosités et des questionnements sur des aspects principalement formels
  • S’exercer aux usages de la versification française classique, expérimenter des formes libres ou semi-contraintes relatives au domaine du poétique
  • Déterminer et élaborer dans un projet personnel un ensemble cohérent de productions prenant la forme d’un recueil au format papier (mise en page, impression)
  • Envisager la restitution et la captation orale de l’écrit dans un espace public : mise en voix, performance, éventuellement chant, musique, outils technologiques

La notion d’inspiration prêtée à la faculté poétique réclame d’identifier des sources d’inspiration, et de rencontrer celles-ci avant tout dans un corpus de textes nourriciers, donnant lieu à récitation, témoignage, analyse critique. Le caractère formellement technique de la poésie est expérimenté dans ses traditions, notamment marquées par l’usage de systèmes versifiés, comme dans les pratiques modernes et post-modernes ayant défait ou redistribué le partage prose/vers, et les modalités de l’usage du vers. Les exercices ponctuels font éprouver des technicités indispensables, et ont pour horizon la constitution d’un recueil personnel. La restitution orale prolonge une pratique d’écriture fondée sur le matériau linguistique, le rythme et la musicalité. Des intervenants extérieurs, auteurs et acteurs du milieu professionnel du livre permettent de prendre la mesure d’un processus abouti de publication.



 

Intervenant :


Hervé MICOLET : Maître de Conférence Littérature contemporaine.

 

Organisation et tarifs



Informations à venir