agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

UFR lettres, sciences du langage et arts (LESLA) Portails : www - étudiants - personnels UFR lettres, sciences du langage et arts (LESLA)

Vous êtes ici : Accueil > Musique et Musicologie > Actualités > MUSIQUE - JAM SESSION au Périscope

Actualité du 13 mars 2018
20h30

MUSIQUE - JAM SESSION au Périscope

 

Art, Culture, *Agenda culturel

Scène ouverte "Clé du Sol" - Collaboration entre musicien·nes réfugié·es et lyonnais·es

crop_8fba739964b1cba3a907057c8a9a7d24.jpg

crop_8fba739964b1cba3a907057c8a9a7d24.jpg

"Clé du Sol" est un projet universitaire réalisé par des étudiant·es de Master 2 Direction de projets artistique et culturels internationaux à l'Université Lumière Lyon 2/ Collaboration entre musicien·es réfugié·es et lyonnais·es.

Depuis le mois de février, des rencontres entre musicien·nes réfugié·es et lyonnais·es s'organisent au sein du Marché Gare et du Périscope, qui appartiennent au réseau de scènes de musiques actuelles lyonnais S2M. 


Clé du sol voit dans la musique une manière universelle de communiquer, permettant un échange plus libre qui transcende les différences. C'est donc dans le but d’encourager la rencontre, la mixité et l’hybridation des arts qu'ils/elles se réunissent en musique le 13 mars prochain pour une Jam Session. 

SCÈNE OUVERTE 


En plus de découvrir le travail des participant·es au projet Clé du Sol, nous vous invitons à partager la scène avec elles et eux, quelque soit votre horizon musical. N’hésitez donc pas à ramener votre instrument de prédilection et participer à la fête !

GENESE DU PROJET


Chaque jour, des milliers de personnes sont obligées de partir de chez elles, et très souvent de façon inopinée et brutale. Les raisons sont multiples : fuir un conflit, échapper à des persécutions ou partir avec l'espoir d'un meilleur avenir, ailleurs. Ces personnes partent pour trouver refuge dans un autre pays, dans une nouvelle réalité. Une fois sur place et après de multiples péripéties pour finaliser les démarches administratives (logement, titre de séjour, sécurité sociale, emploi etc.), la personne dite « réfugiée » est confrontée à des difficultés d’insertion sociale, le plus souvent liées à des préjugés. Cette réalité est la même partout y compris à Lyon, une ville qui accueille de plus en plus des réfugié·es en quête de nouvelles orientations de vie.
Dans leur position de résident·es de la ville de Lyon, il n'a pas été difficile pour les étudiant·es de faire le constat de cet état de fait. Compte tenu du fait que le leitmotiv de leur association est la culture au service du développement social, il était très important pour elles/eux d’essayer d’apporter des idées de solution de sorte à permettre à ses réfugié·es de se sentir accepté·es par la population Lyonnaise.
Leur association veut porter ce projet pour créer un cadre d’échange interculturel inclusif, créant ainsi des vecteurs de socialisation pour ces personnes en quête de stabilité et de reconnaissance. Ce projet a été coécrit avec des réfugié·es et aura pour véritable sens, d’encourager la rencontre, la collaboration artistique, la mixité et l’hybridation des arts entre des artistes Lyonnais·es et des réfugié·es domicilié·es à Lyon.
La finalité artistique doit émaner des participant·es au projet, non des porteurs/porteuses. De ce fait, toutes les pratiques musicales sont envisageables et le résultat du projet ne pourra apparaître qu’après plusieurs rencontres.


LE PROJET

"Notre projet vise à favoriser la reconnaissance et l’inclusion de musicien·nes réfugié·es par le biais de collaborations artistiques avec des acteurs/actrices culturel·les du territoire lyonnais.
Considérant la musique comme vecteur d’insertion professionnelle et sociale, notre objectif principal est l'organisation de cinq rencontres qui pourraient aboutir à de potentiels projets entre musicien·nes. La finalité de ces rencontres sera concrétisée par une Jam session qui présentera le travail en amont.
Nous sommes porteurs/teuses de certaines valeurs telles que l'humanisation dans la société des populations réfugiées par la mise en avant de leur créativité ainsi que l'échange artistique et interculturel. Nous voyons dans la musique une manière universelle de communiquer, permettant un échange plus libre qui transcende les différences. Aux vues du traitement médiatique de la question des réfugié·es, nous ne souhaitons pas rentrer dans l’écueil de « parler à leur place ». Nous souhaitons que les participant·es s’emparent du projet sans obligation de résultat final, désirant avant tout créer un espace chaleureux et convivial.
Enfin, nous favorisons la réunion d’artistes de différents styles musicaux, afin