agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

UFR lettres, sciences du langage et arts (LESLA) Portails : www - étudiants - personnels UFR lettres, sciences du langage et arts (LESLA)

Vous êtes ici : Accueil > Arts du Spectacle > Actualités > Actualité de la recherche > Projet 'L'art au travail"

Actualité du 1 janvier 2012 au 31 décembre 2016

Projet 'L'art au travail"

 

Culture scientifique et humanités

Représentations artistiques, représentations sociales (des mondes) du travail. Théâtre, cinéma, littérature

Accès direct : contextualisation | choix de la périodisation | représentations sociales, formes et champs artistiques | archives : séminaire et journées d'étude 2012/2014 | publication prévue 2015/2016

Contextualisation

Après deux décennies passées au second plan du débat politique et de la représentation médiatique en France comme en Europe, la question du travail – sa « valeur », ses lieux canoniques (l’usine, l’entreprise) ou ses arrière-cours (le bureau ANPE, mais aussi les pays pauvres vers lesquels il se délocalise), ses figures individuelles et collectives perçues comme historiques (la classe ouvrière vs le patron) ou comme plus récentes (les chômeurs, les clandestins) – la question du travail semble faire retour depuis les années 2000, de façon ponctuelle il est vrai, à la faveur d’occasions politiques (les campagnes électorales de 2007 et de 2012) ou d’événements tragiques dont l’accumulation vaut symptôme : une vague de suicides dans telle ou telle entreprise. Dans le même temps, la scène artistique française et européenne, que l’on peut envisager tout autant comme chambre d’écho et comme outil de critique voire de transformation de ces représentations sociales, a elle aussi remis au goût du jour la question de la représentation esthétique du ou plutôt des mondes du travail. Signe de cette effervescence, plusieurs manifestations scientifiques ont été organisées ces dernières années, la plupart ayant pour particularité de faire dialoguer des chercheurs d’horizons disciplinaires divers et des artistes. Toutefois, aucune n’a questionné l’art dans son double statut de manifestation et d’outil de transformation des représentations sociales du travail et du monde du travail. Tel est l’enjeu du  projet, qui réunit pour ce faire des chercheurs en études théâtrales, études cinématographiques, littérature, sciences politiques et sociologie.

Choix de la périodisation

Prendre pour point d’origine « les années 1968 » c’est construire le regard autour d’une séquence historique assez courte, permettant du même mouvement d’interroger les transformations réelles du travail et de l’organisation du travail et des modes de mobilisations pour lutter contre cette évolution, de prendre la mesure des transformations des représentations sociales de ce monde du travail et de ces luttes et enfin de se référer à un moment d’articulation forte des mondes artistiques au « monde du travail ». C’est également une façon d’interroger par la bande l’évolution de la fonction critique des différents arts concernés sur la période. De ce point de vue les années 1968 fonctionnent dans notre réflexion autant comme point origine que comme âge d’or tout à la fois stimulant et écrasant pour les acteurs sociaux étudiés.
 

Représentations sociales, formes et champs artistiques

Comparer les différents arts que sont la littérature, le théâtre et le cinéma permet d’interroger le rapport existant entre les formes artistiques et les modes de représentation d’une question sociale et politique. Il s’agit d’être attentifs tout autant à l’existence de différentes façons de dire et de représenter le (monde du) travail qui seraient spécifiques aux formes artistiques, qu’aux outils communs aux différents arts. Les questions du réalisme, du point de vue sur les personnages, de la représentation des lieux du travail, ou encore celle du discours sur le travail et le monde du travail se posent-elles différemment au théâtre, en littérature et au cinéma ? L’enjeu de ce projet est ainsi d’interroger l’art à la fois en tant qu’il vise à décrire et à transformer les représentations sociales et en tant qu’il est partie prenante de ces représentations. Non seulement les artistes sont tous et chacun membres de la société et à ce titre sont tout autant sujets qu’objets des représentations sociales, mais ils ont également une identité sociale déterminée par leur appartenance à un groupe spécifique. A cet égard, la démarche comparatiste permet d’interroger le rôle des différents champs artistiques dans la construction des représentations sur le travail manifeste dans les œuvres.
 

PUBLICATION PRÉVUE (2016)

Ouvrage collectif « L'Art au travail » 2016, revue Actuel Marx (à confirmer)

Contributeurs : Gigi Argypopulou, Elise Domenach, Hélène Fleckinger, Bérénice Hamidi-Kim, Lilian Mathieu, Emmanuel Renault, Armelle Talbot, Jonas Tinius


Type :
Séminaire/table ronde, Journée d'étude, Parution
Partenaires :
Projet organisé dans le cadre du laboratoire Passages XX-XXI (EA 4160), Université Lyon 2, avec le soutien financier du Département Arts de la Scène de l’Image et de l’Écran, du département des Lettres et du Service Culturel de l’Université Lyon 2, de l’Institut des Arts de l’ENS Lyon, et l'aide du  TNP, de la Villa Gillet, des Subsistances, du Théâtre des Ateliers et de la Schaubühne.

mise à jour le 18 juin 2015


Contact

Responsables : Bérénice Hamidi-Kim (MCF Etudes théâtrales, Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2) et Armelle Talbot (MCF Etudes Théâtrales, Université Paris 7).

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Lumière Lyon 2