agrandir le texte diminuer le texte

Accès direct au contenu

UFR lettres, sciences du langage et arts (LESLA) Portails : www - étudiants - personnels UFR lettres, sciences du langage et arts (LESLA)

Vous êtes ici : Accueil > LETTRES > Actualités / Vie du département > L'Académie contre la langue française

L'Académie contre la langue française

 

Culture scientifique et humanités

Le dossier « féminisation ” de Éliane Viennot, Maria Candea, Yannick Chevalier, Sylvia Duverger, Anne-Marie Houdebine-Gravaud, Louise Labé, Audrey Lasserre

L'Académie contre la langue française

L'Académie contre la langue française

La guerre de la « féminisation » n’aura pas lieu

En juin 1984, l’Académie française déclarait la guerre aux partisanes et partisans de la « féminisation des noms de métiers, de titres et de fonctions ». Cet objectif était pourtant modeste, facile à réaliser et nécessaire : les femmes ayant enfin obtenu que toutes les professions, toutes les dignités et toutes les fonctions s’ouvrent à elles, il s’agissait que les activités encore nommées au masculin le soient aussi au féminin. Trente ans plus tard, bien que la « vieille dame du Quai Conti » n’ait cessé de tonner contre les nouveaux « barbarismes » et les coupables de leur introduction, la France a fini par entamer sa « révolution langagière ». Qui ne consistait qu’à se réconcilier avec la langue française.
On connaît les railleries dont les Quarante continuent d’accabler le mot écrivaine (« Parce qu’on y entend vaine »), bien qu’on leur ait fait remarquer depuis des lustres que le mot vain s’entend aussi dans écrivain…
Et l’on sait que la meneuse de la troupe, Hélène Carrère d’Encausse, tient à se faire appeler LE Secrétaire perpétuel. Mais qui sait qu’avocate, pharmacienne, poétesse, traductrice… ont longtemps pâti de leurs quolibets et de leur censure – puisque « les Messieurs » n’accueillaient dans leur dictionnaire que les termes ayant leur aval ? « Combien de fois nous demandons-nous les uns aux autres : Écririez-vous cela, vous ? Et si l’on répond non, on raye. », déclarait encore Maurice Druon, ancien Secrétaire perpétuel, en 2005. Qui sait qu’ils mirent près de vingt ans à entendre que sage-femme ne signifiait pas femme sage, mais personne compétente pour aider une parturiente, et donc qu’un homme pouvait porter ce titre ? Et qui se souvient qu’en 1998 ils montèrent à l’assaut comme un seul homme contre « Madame la ministre », ou plus exactement contre les femmes qui avaient demandé à être nommées ainsi ?
Le livre qui paraît aujourd’hui retrace les grandes étapes de cette mobilisation, tout en la replaçant dans une histoire plus longue. Car l’Académie, créée par Richelieu en 1635, a consciencieusement travaillé à masculiniser la langue française, et elle n’a accepté qu’en 1980 d’accueillir sa première femme (qui, heureusement, ne prit aucune part aux polémiques dont il est question ici).
Malicieusement décliné à travers la métaphore religieuse – puisque la Maison tient à ce qu’on prenne ses avis pour paroles d’Évangile – l’ouvrage présente deux grandes sections. Dans la première sont rappelées l’histoire et les caractéristiques de l’institution (« le Saint-Siège »), les différentes décisions qui déclenchèrent son ire (« les Offenses ») ainsi qu’un très utile résumé des dogmes qu’elle défend et des arguments qui peuvent leur être opposés (« les Points de doctrine »). La seconde section reproduit des textes en intégralité : ceux qu’émit très officiellement la Compagnie (« les Bulles »), ceux qui furent publiés dans la grande presse par les croisés les plus motivés (« les Exégèses ») et ceux qu’ils adressèrent en désespoir de cause aux représentants de l’État (« les Suppliques »). Autant de textes soigneusement annotés – ou ironiquement commentés. Un « chapelet de perles », une bibliographie et une chronologie des évènements (déclarations, articles de presse, décrets…) terminent le volume.

Les auteur·es

  • Maria Candea est sociolinguiste, maîtresse de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle. Ses travaux portent notamment sur la variabilité des pratiques langagières en français oral contemporain et sur la perception de la parole. Elle est cofondatrice de l’association de recherches « Genres, sexualités, langage ».
  • Yannick Chevalier est maître de conférences de stylistique française à l’Université Lyon 2, membre de l’UMR 5317 IHRIM. Ses travaux portent sur les rapports entre langue et genre, ainsi que sur les oeuvres littéraires de Nathalie Sarraute et de Monique Wittig. Il coordonne le master Genre, Littératures, Cultures (Lyon 2).
  • Sylvia Duverger est doctorante en études de genre et science politique à Paris 8; elle a créé le blog <feministesentousgenres.blogs> consacré à des entretiens avec des universitaires féministes. Ancienne lexicographe chez Larousse et journaliste, la question de la féminisation des titres la requiert depuis longtemps.
  • Anne-Marie Houdebine-Gravaud est professeure émérite en linguistique et sémiologie à l’université Paris Descartes-Sorbonne. Elle a fondé deux théories, la sémiologie des indices, l’imaginaire linguistique et culturel, et travaillé sur l’identité sexuelle et les langues, la féminisation des noms de métiers, l’écriture de la Shoah, l’humour, l’éthique du langage, etc.
  • Louise Labé est une écrivaine lyonnaise internationalement connue, dont on a récemment tenté de nier la contribution à la culture nationale (sans preuves, mais avec l’aval enthousiaste d’un des Quarante). Grande connaisseuse de la langue française, elle a gentiment accepté de collaborer à cet ouvrage et en a suggéré quelques piques revigorantes.
  • Audrey Lasserre enseigne la littérature d’expression française dans plusieurs universités à Paris. Docteure en littérature et civilisation françaises, historienne du littéraire, elle est spécialiste des rapports entre littérature, genre et féminisme aux xxe et xxie siècles. Ses recherches ont été primées en 2015 par le GIS Institut du Genre.
  • Éliane Viennot est professeure à l’université de Saint-Étienne et membre de l’IUF. Spécialiste des femmes d’État de la Renaissance, elle travaille depuis une quinzaine d’années à une histoire des relations entre La France, les femmes et le pouvoir (Perrin, 3 volumes parus). Cofondatrice de la SIEFAR, elle collabore à sa rubrique « La guerre des mots ».

Type :
Parution ouvrage scientifique, Parution

mise à jour le 30 décembre 2016


Références

Éliane Viennot (dir.), Maria Candea, Yannick Chevalier, Sylvia Duverger, Anne-Marie Houdebine (avec la collaboration d’Audrey Lasserre), L’Académie contre la langue française : le dossier « féminisation », Donnemarie-Dontilly, éd. iXe, 2016, 217 p., 17 €.

Recherche d'une actualité

Recherche d'une actualité

Université Lumière Lyon 2